Rechercher

Intelligence collective > Intelligence des Elus

Dès 2016, à l’appel d’Emmanuel Macron, de nombreux citoyens se sont mis en marche sur la promesse de faire de la politique autrement. Les Français devaient s’émanciper, les expérimentations devaient venir du peuple. Les Français devaient, ensemble, inventer le nouveau monde et la France devait redevenir le phare de ce nouveau monde. Ces marcheurs ont marché, marché, marché … Ils ont écouté, écouté, écouté … Ils ont proposé, proposé, proposé …. En somme, ils y ont cru. La France reprenait espoir.


Ont-ils été écouté ? Sont-ils écoutés ?


Intelligence collective > organisations "verticales"


Depuis son élection, Emmanuel Macron met en œuvre la politique pour laquelle il s’est fait élire. Toute ? Non, il a oublié l’essentiel. Il devait permettre au peuple de s’émanciper, de proposer, d’expérimenter, de prendre en main son dessein. Or où sont les expérimentations ? Que sont devenus les comités de marcheurs ? Où est passé l’horizontalité ?


Le monde a traversé la révolution numérique. Il est actuellement en train de se transformer suite à cette révolution. Internet est en-soi un projet politique né dans la Silicon Valley sur les valeurs libertaires de quelques jeunes épris de liberté, d’envie de créer, d’inventer, de partager, de travailler ensemble. Le réseau s’est étendu, et s’est transformé en plateforme. Il a permis l’émergence de plateformes : GAFAm, BATX et les autres. Ces plateformes, toujours nées très localement pour traiter de façon collaborative les problèmes de personnes plus ou moins oubliées, sont rapidement devenus des géants. Leur puissance vient de leur capacité à exploiter l’énergie et la créativité de la multitude et à augmenter significativement l’expérience utilisateur en personnalisant leur service.


puissance de la multitude pour réinventer la France



Toutes les filières sont attaquées par le numérique. L’ancien monde ne peut y résister, tant l’efficience du travail collaboratif et de l’intelligence collective est supérieure celle des organisations « verticales ». Par exemple Wikipedia a rendu complètement obsolète la filière de l’encyclopédie. L’organisation politique est aussi concernée. On peut observer combien la gouvernance politique mondiale est déstabilisée par le numérique. L’ancien monde résiste toujours par le déni. Au début, on croit que le numérique ne nous concerne pas. Puis, on l’utilise, non pas pour inventer un nouveau monde, mais essayer d’adapter l’ancien monde pour résister. C’est sans doute ce qui est arrivé à Emmanuel Macron. Il avait dit qu’il utiliserait la puissance de la multitude pour réinventer la France. Dans les faits, il a utilisé le numérique pour asservir la France à la verticalité de l’ancien monde.


La France à la croisée des chemins

entre l'ancien monde et le nouveau monde


Il aurait pu accompagner, sans violence, la naissance d’un nouveau dessein pour les Français. Mais, faute d’une transformation en douceur, l’évolution doit se faire, et la nature se reconstruit souvent par le chaos. Dans de nombreux pays, l’émergence des populismes est inquiétant. En France, le mouvement des gilets jaunes résulte d’un défaut d’accompagnement politique de la transformation « numérique » et collaborative de la société.


L’émergence des gilets jaunes, relève de la même logique que la mobilisation des marcheurs en 2016. Ils veulent faire de la politique autrement. Ils veulent être écoutés. Ils veulent participer. En 2016, l’impulsion venait d’un homme qui a su mobiliser des marcheurs. Mais, très vite, dans les faits le système s’est encore cru assez puissant pour résister à la multitude en l’oubliant et en ne la mobilisant plus. Nous vivons un moment passionnant, un moment historique, car le phénomène se reproduit, et se reproduira sans doute jusqu’à l’émergence d’une organisation politique et administrative adaptée à la nouvelle société, une société plus collaborative.


Les Français voulaient du sens. En demandant aux Français de refaire de la France le phare du monde, Emmanuel Macron avait suscité un espoir, même auprès de personnes n’ayant pas voté pour lui. Il devait aider les Français à construire ensemble leur dessein. Le soutien de la population au mouvement des gilets jaunes ne fait que lui rappeler que ce qu’il avait promis : dans le nouveau monde l’intelligence collective d’un peuple sera bien plus forte de l’intelligence de ses élus.


Sur le fond, les marcheurs, les gilets jaunes, et bien d’autres Français ont le même objectif, celui de contribuer à une société protectrice, fraternelle, juste et fière de ses valeurs et construire ensemble un dessein pour eux et leurs enfants. Notre Président saura-t’il remettre cette multitude en marche ?

98 vues

Posts récents

Voir tout

© 2018 Institut Penser Demain

Conception : Prête-moi ta Plume

  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon